Blablas

Je t’ai aimée, je te haïrais presque. Bordel.

Les nouvelles sont inexistantes, ton égo omniprésent, tu fabules, tu reproches, et jamais tu ne te remets en question.

Jamais je n’aurais du essayer de te soutenir pour toujours et encore avoir des reproches de ta part. Ou plutôt devrais-je dire de l’hypocrisie car finalement quand je te demande où est ton problème, il n’y en a jamais aucun mais par derrière, là ça s’enchaîne. Quelle belle amie hypocrite. Remets toi en question bordel, et dis toi que peut-être, le problème ce n’est pas forcément toujours les autres. J’ai souffert, ruminé, pleuré pour toi, et là quoi ? Soit-disant, j’ai encore mal fait les choses. Mais toi, t’as fait quoi ? Rien. J’étais heureuse? T’étais pas là. Triste? T’étais pas là. Motivée? Créative? Amicale? Prête à tout ? T’étais fâchée, jalouse, râleuse et de mauvaise foi. Pourquoi ? Pourquoi bordel??? Il y a des années de ça, tu sais les années où t’étais la copine populaire et moi la copine moche et invisible, là il n’y avait pas de problème, parce que tu étais dans la lumière et moi dans l’ombre, et toi tu aimais ça. T’as un côté hystérique, tu sais, l’hystérique qui veut être vue tout le temps et ferait tout pour ça, au détriment des autres. Alors oui, toi ma meilleure amie toxique, que je n’ai pas vue depuis des mois parce que j’ai besoin de me détacher de toi, oui toi, je t’ai aimée et maintenant je te haïrais presque. Je te hais de m’avoir fait tant de peine alors que je t’ai soutenue autant que tu le permettais. Je te hais d’avoir été si fausse et si jalouse alors que pour moi l’amitié c’est se porter vers le haut et pas se rabaisser. Je te hais d’avoir toujours voulu attirer les éloges, même pour ce que j’avais fait moi. Et finalement je me hais aussi. D’avoir toujours fermé ma gueule, d’avoir dit amen à toutes tes conneries, de m’être laissée faire et rabaisser, de t’avoir proposé mon aide quand je le pouvais alors que toi tu m’as toujours laissée seule quand j’allais mal parce que je me séparais ou que j’avais des problèmes de santé. Heureusement que j’ai grandi, parce que toi tu veux tout de l’adulte alors que tu raisonnes encore comme une ado. Tu m’as fait du mal et je t’en veux vraiment pour ça.

Des mois que j’attends un signe, un merci, un pardon de ta part. Parfois le temps passe, trop vite, et je me rends compte qu’outre mes regrets qui me nouent le ventre, tu ne me manques pas.

Ca y est, je pense qu’il est venu le temps de te souhaiter d’être heureuse. Soit heureuse, et au revoir. Non adieu. Les adieux c’est plus radical.

Publicités
Histoire de mots

La nostalgie de l’ange 

Hello les blogonautes ! Petite lecture de vacances!  Vous vous direz peut-être qu’en un mois de vacances j’aurais pu lire plus! J’avoue que là,  je suis 100% coupable! Pour ma défense, j’ai passé 3 semaines à voir du pays à l’autre bout du monde, j’ai lu ce livre en quelques jours pendant que chéri conduisait… Lire la suite La nostalgie de l’ange 

Gourmandises

Gratin de pâtes au thon et à la mozarella

Gourmande que je suis, je voulais faire un petit gratin de pâtes avant d’aller travailler la nuit dernière. Mais pourquoi faire le gratin classique quand on peut en manger un , un peu différent? Je me suis inspirée d’une recette que j’ai trouvée sur le site Marmiton, que j’ai adaptée aux restes de mes placards et de mon frigo (c’est pas un peu écolo ça ?)!

Pour 4 personnes:

  • 200 gr de pâtes, type coquillettes
  • 1 petite boite de concentré de tomates
  • 150 ml de crème liquide (légère éventuellement)
  • 1/2 oignon émincé
  • 1 gousse d’ail hachée
  • 1 boite de thon (125 gr égoutté)
  • Gruyère râpé
  • sel, poivre, herbes de Provence
  • 2 boules de mozzarella

Et après?

  • Cuire les pâtes selon le temps recommandé sur l’emballage, les égoutter et les mettre de côté
  • Préchauffer le four à 180° (th 6)
  • Dans un saladier, émietter le thon égoutté, le mélanger avec la moitié de la crème, l’oignon, l’ail, le concentré de tomate (ici, j’y ai également mis un reste de sauce tomate que j’avais au frigo), 1 boule de mozzarella coupé en petits cubes.
  • Aromatiser avec le sel, le poivre et les herbes de Provence
  • Mettre la mixture ainsi réalisée dans un plat à gratin, recouvrir du gruyère puis des pâtes.
  • Éparpiller la deuxième boule de mozzarella coupée en petits cubes et saupoudrer d’herbes de Provence
  • Verser le reste de la crème sur la préparation
  • Enfourner une vingtaine de minutes et déguster

 

Bon appétit les gourmands !

Histoire de mots

Be the reason someone smiles today ou 52 semaines, 52 cartes

Coucou les internautes ! 🙂 Bien le bonjour à vous qui passez par là, j’espère que vous vous portez à merveille ! Avez-vous de petites choses que vous aimez faire dans la vie ? Personnellement, j’adore faire des petites choses qui se perdent et qui donnent le sourire, d’où cet article ! Je suivais notamment… Lire la suite Be the reason someone smiles today ou 52 semaines, 52 cartes

Gourmandises

Le palais des légendes

Coucou les blogonautes !

Cela fait bien longtemps que je n’ai pas parlé de gourmandises !

Il y a de là quelques années, nous avons été, pour notre tout premier resto’ entre copines, à ce qu’on appelait « Le Chat Botté« , à Colmar. Nous l’avons appelé ainsi pendant des années parce que leur panneau portait fièrement un chat à bottes !

Puis, il y a de ça plusieurs mois maintenant, en voulant y retourner, impossible de retrouver notre belle affiche animale ! Et pour cause, une toute nouvelle décoration, bien sympathique et toute en douceur, de ce restaurant qui s’appelait en fait « Le Palais des Légendes« .

20160625_124914.jpg

Page Facebook du Palais des Légendes

Il y a à la carte pas mal de choses: tartes flambées, plats de viandes, … mais le meilleur et sans doute ce dont on s’est souvenu depuis toujours, ce sont leurs crêpes ! Sucrées ou salées, certaines portent bien leur nom puisqu’elles s’appellent comme les 7 nains de Blanche-Neige, parfaite légende donc !

J’ai toujours cru qu’il s’agissait d’une crêperie, mais non, vous avez bien d’autres plats à y déguster également. Vous avez une grande porte vitrée qui vous donne une vue sur la cuisine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Seul bémol peut-être, il n’y a pas d’accès PMR aux WC, le local ne le permettant pas.