Histoire de mots

Gilles Legardinier – Quelqu’un pour qui trembler

Salut les loulous !

Nouvelle lecture aujourd’hui, j’avoue qu’en ce moment j’aime bien me déconnecter de ce monde de dingue pour lire un peu ! Ma super copine Laet’ m’a prêté ce livre, tout à fait notre genre de lecture à toutes les deux !

30070322_10215896536586702_1940921393_o

Voici le résumé du site de l’auteur:

Pour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent, et il rentre.

Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu. Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route.

Voici la réjouissante histoire de ce que nous sommes capables de réussir ou de rater au nom de la seule chose qui compte dans nos vies.

Vous l’avez lu ?

S’asseoir ou se prélasser sur son canapé, un bon livre à la main, pour moi c’est le bonheur. On rentre dans ce livre très facilement, on le quitte si besoin assez facilement aussi, les chapitres étant très courts. L’écriture est très agréable, un  peu piquante quand il le faut, fluide. Les personnages peut-être un peu excessif cependant, dans leur « trop » de gentillesse ou leur côté un peu fou ! L’histoire reste, je pense, un peu improbable à cause de son cadre, à l’heure où un établissement tel qu’il l’est dans le livre (je ne vais pas trop en dire pour ne pas trop dévoiler) ne resterait sans doute pas ouvert dans la vie réelle. J’ai adoré Thomas, le personnage principal, adorable et comme sorti de nulle part suite à la découverte de sa fille Emma, puisque quitter l’humanitaire et son pays d’adoption pour son pays d’origine fait un peu de lui un hurlu berlu au milieu des autres personnes.

Vous pouvez vous faire plaisir et vous détendre avec ce livre sans hésitation, craquez ! 

Publicités
Histoire de mots

Un sentiment plus fort que la peur

Dans mon défi (déjà râté haha) de ne plus acheté de livres avant d’avoir tout lu, je suis tombée sur la suite du dernier livre que j’ai lu (Si c’était à refaire): Un sentiment plus fort que la peur, de Marc Lévy. Dédicacé par Tatie et Tonton d’un « Joyeux Noël 2013 », le pauvre ouvrage a vraiment été oublié, entre déménagements et turbulences amoureuses. Maintenant que le bonheur est revenu dans ma vie depuis bientôt deux ans, je me prends enfin le temps pour moi, le temps de m’évader dans un peu de lecture.

Voici le résumé au dos du livre:

Dans l’épave d’un avion emprisonné sous les glaces du Mont Blanc, Suzie Baker retrouve le document qui pourrait rendre justice à sa famille accusée de haute trahison. Mais cette découverte compromettante réveille les réseaux parallèles des services secrets américains. 

Entraîné par l’énigmatique et fascinante Suzie Baker, Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, mène une enquête devenue indispensable à la survie de la jeune femme.

Traqués, manipulés, Suzie et Andrew devront déjouer pièges et illusions jusqu’à toucher du doigt l’un des secrets les mieux gardés de notre temps.

28944654_10215663954852304_885503515_o.jpg

J’avais très envie de lire la suite de Si c’était à refaire, voilà qui est fait ! Il n’y a que quelques personnages et quelques anecdotes qui nous rappellent le premier ouvrage, mais l’histoire m’a tout de même beaucoup plue. Pourtant ce n’était pas gagné, car en soi le titre ne me plaît pas du tout.

La conclusion de ce livre serait pour moi que « tout secret n’est pas bon à dire ». Il y a des rebondissements tout le long, des voyages, des retournements de vestes, de la drague, aucune kitcherie (comme dirait monsieur 🙂 ), des faits réels, de l’enquête. Lecture tout à fait positive donc ! Je reste cependant sur ma fin, j’aurais aimé que le dénouement soit un peu plus poussé et que l’ouvrage termine peut être un peu sur une note un peu « kitch » ou amoureuse. Les recherches sont présentes pendant tout le livre, avec pleins de rebondissements, et d’un coup… pouf c’est terminé !

Et vous, vous l’avez lu ?

Blablas·Ecologie·Gourmandises

Les Petits Bocaux

Salut les blogonautes,

dans ma quête du mieux vivre, j’ai pensé à vous partager une vidéo faite par Coraline (que j’ai découverte par ce biais d’ailleurs), au sujet d’une boutique de vrac pas très très loin de chez moi, à Obernai: Les Petits Bocaux.

Cliquez ici pour voir sa vidéo (Youtube)

Les Petits Bocaux c’est une petite boutique de vrac située au 126 rue du Général Gouraud à Obernai (Bas-Rhin 67210). La patronne, Pauline, est une jeune femme adorable qui s’est lancée dans ce projet ambitieux, dans le but d’avoir sa propre entreprise et surtout centrée sur l’écologie et la réduction des déchets.

Elle est toujours d’une grande douceur et patience, et surtout de bons conseils. Vous pourrez y trouver de l’alimentation en vrac (venez avec vos propres contenants ou utilisez ceux réutilisables fournis au magasin), des cométiques, …

Bien que je ne boive personnellement pas de thé, je vous conseille ceux vendus au magasin, que j’ai offerts à Noël, aux odeurs magiques, et très bons (selon les destinataires des cadeaux 🙂 ).

Cliquez ici pour consulter la page Facebook des Petits Bocaux

Je valide donc un million de fois cette boutique, qui plus est elle est très jolie ! Le seul point un peu négatif que j’y trouve, est l’accès parking, mais elle reste tout de même bien accessible.

Vous connaissez? 

15894845_990378851106633_3689700994816515327_n

 

Histoire de mots

Si c’était à refaire – Marc Levy

Salut les blogonautes!

J’avais depuis plusieurs années plusieurs livres dans ma bibliothèque, auxquels je n’ai pas touchés, faute de temps, faute de prendre soin de moi, faute de beaucoup d’autres choses.

J’appréciais beaucoup Marc Levy, j’ai lu tous ses premiers romans dans en râter un seul. Puis arrivé à certains que j’ai un peu moins aimés, j’ai lâché un peu l’auteur. Et là, le titre m’a donné envie.

Voici le résumé à l’arrière du livre:

Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier.
Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l’Hudson River quand il est soudainement agressé. 

Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier.

Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l’Hudson River quand il est soudainement agressé. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s’effondre dans une mare de sang.

Andrew reprend connaissance le 7 mai 2012… Deux mois plus tôt, deux mois avant son mariage.

À compter de cette minute, il a soixante jours pour découvrir son assassin, soixante jours pour déjouer le destin.

De New York à Buenos Aires, il est précipité dans un engrenage vertigineux. Une course contre la montre, entre suspense et passion, jusqu’au dénouement… à couper le souffle.

22550927_10215250450794961_1845015525_o.jpg

Tous les soirs je lisais un, deux ou plusieurs chapitres, car j’ai été prise dans l’histoire dès le début. Suivre Andrew Stilman dans ses aventures n’a pas été ennuyeux à un seul instant car l’histoire est faite d’un suspense permanent. Le « dénouement » ne se fait vraiment que dans les dernières pages, ce qui nous donne envie de lire encore et encore!

J’aime l’enchaînement des actions, les pointes d’humour, les parties de l’histoire improbables. Mais aussi et surtout le fait que Marc Levy nous partage des données précises et recherchées au sujet des enfants volés pendant la dictature en Argentine. Sujet que je ne connaissais pas du tout.

J’avoue être un tout petit peu déçue par la fin du livre, qui m’a laissée sur ma fin justement ! et là je me suis dit « zut on dirait qu’il manque la suite », ce qui tombe bien car le prochain livre que je viens de commencer est Un sentiment plus fort que la peur de Marc Levy également ! Il est joliment écrit qu’il s’agit de la suite de Si c’était à refaire.

Et vous, vous l’avez lu ?

Blablas

Bonne année 2018!

Je vous souhaite une année merveilleuse : des rêves par milliers , de l’espoir à n’en plus finir , de l’amour si fort qu’il en sera indescriptible  , de la magie , des étoiles dans les yeux  , des rencontres inoubliables , de partager votre vie avec quelqu’un qui vous fera exister et vous sentir unique , des instants de partage en famille  , des moments de folie , des rires à en avoir mal au ventre , des soirées entre amis , des demandes en mariage  , des bébés , des émotions de dingue 😀 , des vacances au paradis , une santé de compèt’ , des instants inoubliables 😄, de bonnes nouvelles , des raisons d’exister , de rencontrer votre âme sœur , … Bonne année 2018 !

Image Pinterest

26511361_10215089636134695_1745199468_o

Petit et grand écran

Naked

Hello les blogonautes !

Après avoir fait la fête une bonne partie de la nuit, rien ne vaut un bon film sous un plaid le dimanche après midi après avoir baladé le chien!

Netflix étant devenu notre meilleur ami dernièrement (merci la pluie et le temps tout pourri en ce moment ici 🙂 ), nous sommes partis pour regarder une comédie ! Chéri a donc choisi ce film: NAKED, de 2017.

387361.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Voici le résumé d’Allociné ( bande annonce ): Rob est fou amoureux et sur le point de se marier. Malheureusement il est aussi tout nu, coincé dans un ascenseur et pris dans une boucle temporelle.

Alors moi , personnellement j’ai carrément bien ri ! L’acteur principal joue ben son rôle comique et je pense qu’il a franchement été bien choisi au casting !

L’histoire est un peu folle, avec cette boucle temporelle et on se sait jamais vraiment pourquoi elle existe ! Malgré ça, l’intrigue reste complète, Rob est dans une course contre la montre continue pendant tout le film.

J’adore les films de filles cul-cul-la-praline, alors ce film est passé comme une fleur et j’ai été bien divertie , par contre monsieur, qui n’aime pas ce qui est « kitch » (je le cite hein 🙂 ), n’ a vraiment aimé, bien qu’il ait parfois quand même bien ri !! (peut être est-il un peu de mauvaise foi quand il dit qu’il n’aime pas ces films ? Haha, je crois qu’on ne le saura jamais !)